samedi 5 septembre 2015

"Nous, rois de rien, princes de nulle part"

On peut encore s'échapperrrrrrrrr!!!!!!!!!!!!!!!! C'est une chanson d'Eiffel. La montagne c'est pas mal pour l'écho. Et l'écho c'est pas mal pour l'ego. Mais en ce moment je n'ai plus vraiment d'avis sur la question. Et ça n'empêche pas le monde de tourner. Manquerait plus que ça.
Posté par Le Gui à 23:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

mercredi 10 septembre 2014

Toit et moi du monde

  Un "petit raté de l'imaginaire" comme moi a besoin de nourritures fortes pour compenser son insatisfaction chronique. "J'aurais voulu être un artiste" qu'il beugle stupidement, l'autre, dans une chanson tristement populaire. Tu parles...Quand on ne vit pas comme un artiste, c'est qu'on n'en est pas un. Point barre. A la ligne. Vide et muette. Alors repli stratégique dans des lieux où le monde semble encore vaste et l'existence existable. Des lieux à arpenter comme les pages d'un roman où les replis d'un paysage peint. Zones... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 19:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 29 juin 2014

"Je fais retentir mon cri sur les toits du monde"

C'est le grand Walt Whitman qui s'exprime ainsi. Il clame ce que je balbutie péniblement. Lui c'est un poète héroïque, moi un fonctionnaire brimé. Un phare lointain et un ver dans la grosse pomme. Un professionnel de l'extase et un spectateur envieux. Il m'exprime mieux que je ne puis m'exprimer moi-même. Il me transcende, ou il m'énerve, c'est selon. Dans tous les cas il me rappelle ces moignons d'ailes atrophiées que j'ai dans le dos. Qui me chatouillent un peu parfois. Douleur du membre fantôme. Eden ardent. Paradis perdu. "Je... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 15:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 10 septembre 2013

Envolez-vous! Envolez-vous!

Dans la Vallée des Auts' Mecs, la saison tourne doucement. La lumière vulgaire de l'été a relâché son étreinte. Les vacances sont finies, il y a de nouveau un semblant de place dans le monde. Aujourd'hui, tombe une pluie froide et régulière sous laquelle se recroqueville imperceptiblement la terre . Elle fige la sève des arbres qui, assagie ou fatiguée, ralentit sa course et abandonne lentement les bastions ultimes que ses armées de feuilles ont planté au ventre du ciel. La forêt blondit. Entre les racines des hêtres, les vallées... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 15:27 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 1 septembre 2013

Une nuit avec la vie aux trousses

Cela fait des siècles que les montagnes de la Vallée des Auts' Mecs s'imprègnent du soleil et des jours. Pas un nuage qu'elles n'aient déjà vu et pas une seule fièvre nocturne qu'elles n'aient déjà connu. Pas un seul homme se croyant agrandi par la solitude dont elles n'aient déjà ri. J'ai quelques années à peine alors que faire ? Avec tous mes efforts, quelle infime fraction de leur savoir pourrais-je faire mienne ? Je ne sais pas. Mais, irrémédiablement, mes jambes, prenant mon esprit de vitesse, me ramènent en ces lieux ou cela... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 17:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 27 août 2013

Comme la tentation d'un envol dans l'enclume du coeur

J'aime lire et relire les correspondances amoureuses des poètes et des écrivains. Gérard de Nerval et Jenny Colon, Vladimir Maïakovski et Lili Brick, Anaïs Nin et Henry Miller etc...J'y respire les sensations extrêmes auxquelles peut être confronté le coeur humain. Passions extraordinaires entre êtres hors du commun, sommets de gloire et d'adoration, abîmes de haine et de cruauté, couronnement et destruction, vie et mort. Je médite souvent sur cette complicité compliquée entre les gens beaux. Dans ma relation avec la nature il y a... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 16:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 23 août 2013

"Rien n'est mort que ce qui n'existe pas encore...

...Près du passé luisant demain est incolore" (Guillaume Apollinaire) Rien de ce qui est passé ne mourra jamais et aucune angoisse d'avenir ne nous fera jamais plus de mal que certaines choses vécues. Demain n'existe pas. Le soleil, qui se plaît parfois à dramatiser ses sorties, ne me signifiait rien d'autre l'autre soir.  Quand je me suis levé ce matin, il y a longtemps que la Vallée des Auts' Mecs vivait son ébullition quotidienne. Comme un spectateur condamné aux mauvaises places du "Paradis", cherchant à décrypter une... [Lire la suite]
dimanche 11 août 2013

Quand l'aube d'un geste tendre...

... prend mon menton d'enfant bougon dans la coupe de sa main et force doucement mon visage vers la clarté insondable de ses yeux purs, en moi la nuit se noie. Un nouveau jour commence dans la Vallée des Auts' Mecs. Et je me redresse, je détourne finalement les yeux d'un feu qui n'a pas survécu à la nuit,  je cherche le regard de l'aube pour y lire les promesses connues. Un nouveau jour commence en moi. Quand d'un geste tendre j'effleure enfin le flanc de l'aube fuyante, elle disparaît instantanément dans la forêt la plus... [Lire la suite]
vendredi 2 août 2013

La patience implacable des âmes ligneuses

Des mouvements de fond façonnent profondément le monde. Des processus secrets qui échappent  (depuis quand?) à notre perception, et définissent par là-même les limites de notre conditionnement humaine, animent perpétuellement la grande mécanique terrestre. C'est cela que je devine au contact de la nature oubliée. Cela qui explique les sensations étranges qui me gagnent lorsque des indices subtils mais éclatants viennent soudain me révéler le lent glissement d'une saison vers une autre. Cela qui, dans la contemplation des cimes,... [Lire la suite]
vendredi 5 juillet 2013

Etre riche ici de ce qui est là-bas

Ce titre, inspiré d'un vers de Fernando Pessoa, résume fidèlement le phénomène de mon agrandissement intérieur par l'action répétée d'escapades dans les lieux peu fréquentés de la Vallée des Auts' Mecs. Nourri de ce que je vois, abreuvé de lumières et d'odeurs, prélevant ça et là quelques photographies pour la mémoire, je fais, comme un écureuil affairé, des réserves de graines : graines de sensations et de pensées , semences de joie et d'avenir. Plus besoin alors de chercher avec angoisse mon chemin dans cette vie : celui-ci... [Lire la suite]