Photos liées au tag 'vautour fauve'

Voir toutes les photos
jeudi 21 avril 2016

Le printemps en terrasse...

...à regarder les passants, à détailler les passantes, en sirotant son verre de R....d, avec l'ébauche d'un "On n'est pas bien là ?" bien gras et suffisant au bord des lèvres... Hum... Bon, on verra... Je demanderai à Parcimonie ce qu'elle en pense... Un autre jour peut-être... Bien accoudé au comptoir de mes rêves, j'attends patiemment qu'on me serve un truc plus fort. Aujourd'hui, le printemps est très pyrénéen... Par une fenêtre de la maison je "vérifie" de temps en temps le hêtre dont la silhouette s'effiloche dans la brume. Mes... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 16:28 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 19 octobre 2015

Un petit tour dans les bois...

Tout petit oui, car je suis très très fatigué aujourd'hui. Mais ici, pas besoin d'aller bien loin... Si j'étais un naufragé je serais à quelques encablures de l'île inespérée. Encore quelques brasses pathétiques et hop, la plage, rideau, tout est bien qui finit bien. Le brame est fini, l'automne prend désormais entièrement possession de la VDAM. J'ai dit au revoir aux colchiques qui commencent à flétrir dans les prés et les sous-bois. Je regarde la marée d'or qui glisse de jour en jour plus bas le long des versants. Dans la... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 17:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 3 février 2015

A la page des faits d'hiver

  "L'hiver c'est fait pour résister" chantait le fils de Cabu. Certains méditent et s'identifient sans frein tandis que dans la VDAM les jours s'additionnent aux jours, parfaitement imperturbables et absolument pas concernés... Une permanence à laquelle on peut se confronter si l'on est amateur de vérités nues. Ou dans laquelle on peut simplement s'immerger, plein d'un vague espoir sans objet, comme dans un sommeil aux promesses fécondes. Ou ni l'un ni l'autre quand le manque de temps est une bonne excuse pour dissimuler une flemme... [Lire la suite]
mercredi 19 novembre 2014

Automnales

Dans la Vallée des Auts' Mecs, la saison tourne. Lété violent est mort, on respire enfin.Trop bling-bling l'été, je lui préfère largement cette saison lente et pudique. Il neige enfin sur les hauteurs et j'assiste impatient à la progression de cette frontière vers le bas. Une lisière qui se déplace sans cesse, réinventant les limites des vastes solitudes. Et du monde agrandi. Car vidé de nous. Presque. Je sais bien que c'est pas vrai, mais si à mon âge on n'est pas encore capable de choisir de façon raisonnable ses illusions... ... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 17:59 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 29 juin 2014

"Je fais retentir mon cri sur les toits du monde"

C'est le grand Walt Whitman qui s'exprime ainsi. Il clame ce que je balbutie péniblement. Lui c'est un poète héroïque, moi un fonctionnaire brimé. Un phare lointain et un ver dans la grosse pomme. Un professionnel de l'extase et un spectateur envieux. Il m'exprime mieux que je ne puis m'exprimer moi-même. Il me transcende, ou il m'énerve, c'est selon. Dans tous les cas il me rappelle ces moignons d'ailes atrophiées que j'ai dans le dos. Qui me chatouillent un peu parfois. Douleur du membre fantôme. Eden ardent. Paradis perdu. "Je... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 15:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 24 février 2014

Plumes de rappel

Ce week-end j'ai révisé certaines de mes bases, je me suis réapproprié certaines vérités. Marcher, regarder, écouter, confier à l'immensité extérieure le soin de m'apporter quelques éclaircissements sur les territoires intérieurs, ou du silence, simplement.  Depuis le début de l'année 2014, j'avais perdu l'usage de mes jambes, pour une raison indéterminée. La Vallée des Auts' Mecs ne m'en a pas tenu rigueur. Au contraire.  C'est vrai que d'habitude ça la distrait de se taper un pseudo naturaliste qui se frappe le coeur... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 18:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 9 octobre 2013

« L'homme y passe à travers des forêts de symboles... »

 Charles Baudelaire n'a probablement jamais mis les pieds dans la Vallée des Auts' Mecs. Probablement qu'il y aurait senti ce « temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles » dont il parle dans « Correspondances ».  C'est ce qu'on appelle « la Nature », c'est à dire cette longue addition d'êtres vivants, de choses inertes en apparence comme les pierres et les montagnes, ou vivantes en apparence comme les eaux des ruisseaux, tout ça nuancé par les humeurs des... [Lire la suite]
mardi 10 septembre 2013

Envolez-vous! Envolez-vous!

Dans la Vallée des Auts' Mecs, la saison tourne doucement. La lumière vulgaire de l'été a relâché son étreinte. Les vacances sont finies, il y a de nouveau un semblant de place dans le monde. Aujourd'hui, tombe une pluie froide et régulière sous laquelle se recroqueville imperceptiblement la terre . Elle fige la sève des arbres qui, assagie ou fatiguée, ralentit sa course et abandonne lentement les bastions ultimes que ses armées de feuilles ont planté au ventre du ciel. La forêt blondit. Entre les racines des hêtres, les vallées... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 15:27 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 27 août 2013

Comme la tentation d'un envol dans l'enclume du coeur

J'aime lire et relire les correspondances amoureuses des poètes et des écrivains. Gérard de Nerval et Jenny Colon, Vladimir Maïakovski et Lili Brick, Anaïs Nin et Henry Miller etc...J'y respire les sensations extrêmes auxquelles peut être confronté le coeur humain. Passions extraordinaires entre êtres hors du commun, sommets de gloire et d'adoration, abîmes de haine et de cruauté, couronnement et destruction, vie et mort. Je médite souvent sur cette complicité compliquée entre les gens beaux. Dans ma relation avec la nature il y a... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 16:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 23 août 2013

"Rien n'est mort que ce qui n'existe pas encore...

...Près du passé luisant demain est incolore" (Guillaume Apollinaire) Rien de ce qui est passé ne mourra jamais et aucune angoisse d'avenir ne nous fera jamais plus de mal que certaines choses vécues. Demain n'existe pas. Le soleil, qui se plaît parfois à dramatiser ses sorties, ne me signifiait rien d'autre l'autre soir.  Quand je me suis levé ce matin, il y a longtemps que la Vallée des Auts' Mecs vivait son ébullition quotidienne. Comme un spectateur condamné aux mauvaises places du "Paradis", cherchant à décrypter une... [Lire la suite]