mardi 20 mai 2014

Quand le printemps flâne, l'homme court.

Dans la Vallée des Auts'Mecs, le printemps bat son plein. J'ai le sommeil léger, les nuits semblent se transformer parfois en répétitions obsessionnelles des journées qui les suivent. Demain je ferai ça, demain j'irai là : je répète ce rôle trop grand pour moi qui n'ai que deux jambes, un travail certes exécuté à mi-temps, un potager trop grand, une maison trop en bois qu'il faut repeindre, des responsabilités de père de famille, et trop de passions en général... Parfois cela me tient éveillé et j'en profite pour traîner sous la... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 17:59 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 18 novembre 2013

"Son poids de lumière, son nom sans ombre"

 Ainsi tombe la neige dans l'esprit du poète Octavio Paz. Depuis la fin du brame du cerf, je l'attendais en retenant  ma respiration. De temps en temps, je sortais mes bottes fourrées de leur boîte et je tâtais du bout des doigts les gros picots souples de leurs semelles. Je vérifiais la présence de mes grosses chaussettes dans un tiroir de la commode. Au fond d'un sac à dos, je retrouvais une paire de gants, un bonnet que j'avais égarés. Dans le garage, je me demandais en les voyant pourquoi j'avais acheté ces raquettes... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 16:17 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 2 août 2013

La patience implacable des âmes ligneuses

Des mouvements de fond façonnent profondément le monde. Des processus secrets qui échappent  (depuis quand?) à notre perception, et définissent par là-même les limites de notre conditionnement humaine, animent perpétuellement la grande mécanique terrestre. C'est cela que je devine au contact de la nature oubliée. Cela qui explique les sensations étranges qui me gagnent lorsque des indices subtils mais éclatants viennent soudain me révéler le lent glissement d'une saison vers une autre. Cela qui, dans la contemplation des cimes,... [Lire la suite]