jeudi 21 avril 2016

Le printemps en terrasse...

...à regarder les passants, à détailler les passantes, en sirotant son verre de R....d, avec l'ébauche d'un "On n'est pas bien là ?" bien gras et suffisant au bord des lèvres... Hum... Bon, on verra... Je demanderai à Parcimonie ce qu'elle en pense... Un autre jour peut-être... Bien accoudé au comptoir de mes rêves, j'attends patiemment qu'on me serve un truc plus fort. Aujourd'hui, le printemps est très pyrénéen... Par une fenêtre de la maison je "vérifie" de temps en temps le hêtre dont la silhouette s'effiloche dans la brume. Mes... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 16:28 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 17 avril 2016

Prin-ton-temps

Aujourd'hui, tout peut et doit attendre. Un autre monde s'ouvre à ta porte. L'envers du décor de ta vie machinale. L'espace y est plus vaste, le temps s'y écoule différemment, ton coeur lui-même n'y bat pas de la même manière. Tu le sais. Mais à chaque fois ça te surprend. Dans les petits matins de la vie obligatoire, tu sens ses appels et feins de les ignorer. Par les vitres de ta voiture tu jettes des regards à fendre le coeur aux gardiens de ses portes. L'aubépine, le hêtre, la silhouette animale, le rocher immobile, l'oiseau... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 15:05 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 20 mai 2014

Quand le printemps flâne, l'homme court.

Dans la Vallée des Auts'Mecs, le printemps bat son plein. J'ai le sommeil léger, les nuits semblent se transformer parfois en répétitions obsessionnelles des journées qui les suivent. Demain je ferai ça, demain j'irai là : je répète ce rôle trop grand pour moi qui n'ai que deux jambes, un travail certes exécuté à mi-temps, un potager trop grand, une maison trop en bois qu'il faut repeindre, des responsabilités de père de famille, et trop de passions en général... Parfois cela me tient éveillé et j'en profite pour traîner sous la... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 17:59 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 9 octobre 2013

« L'homme y passe à travers des forêts de symboles... »

 Charles Baudelaire n'a probablement jamais mis les pieds dans la Vallée des Auts' Mecs. Probablement qu'il y aurait senti ce « temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles » dont il parle dans « Correspondances ».  C'est ce qu'on appelle « la Nature », c'est à dire cette longue addition d'êtres vivants, de choses inertes en apparence comme les pierres et les montagnes, ou vivantes en apparence comme les eaux des ruisseaux, tout ça nuancé par les humeurs des... [Lire la suite]
vendredi 23 août 2013

"Rien n'est mort que ce qui n'existe pas encore...

...Près du passé luisant demain est incolore" (Guillaume Apollinaire) Rien de ce qui est passé ne mourra jamais et aucune angoisse d'avenir ne nous fera jamais plus de mal que certaines choses vécues. Demain n'existe pas. Le soleil, qui se plaît parfois à dramatiser ses sorties, ne me signifiait rien d'autre l'autre soir.  Quand je me suis levé ce matin, il y a longtemps que la Vallée des Auts' Mecs vivait son ébullition quotidienne. Comme un spectateur condamné aux mauvaises places du "Paradis", cherchant à décrypter une... [Lire la suite]
dimanche 11 août 2013

Quand l'aube d'un geste tendre...

... prend mon menton d'enfant bougon dans la coupe de sa main et force doucement mon visage vers la clarté insondable de ses yeux purs, en moi la nuit se noie. Un nouveau jour commence dans la Vallée des Auts' Mecs. Et je me redresse, je détourne finalement les yeux d'un feu qui n'a pas survécu à la nuit,  je cherche le regard de l'aube pour y lire les promesses connues. Un nouveau jour commence en moi. Quand d'un geste tendre j'effleure enfin le flanc de l'aube fuyante, elle disparaît instantanément dans la forêt la plus... [Lire la suite]