samedi 30 avril 2016

Dans la saison profonde on entend...

Le printemps est encore tout jeune dans la Vallée des Auts' Mecs. Alors on retient un peu son souffle en se penchant au-dessus du berceau. Un jour, on ne distingue que du brouillard, puis d'inquiétantes silhouettes d'arbres figées par le givre. Un autre, on a l'impression qu'il ne bouge plus sous ses draps de pluie. Mais le nourrisson fragile respire bel et bien. Dans les paysages de son sommeil coule un fleuve puissant. Sans même la colère d'une crue, il se rit de nos horloges obstinées. Balaie celles qui prétendent justifier notre... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 11:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 24 octobre 2015

Le centre d'un monde

Le jour, je traîne mes godasses quelques heures dans les bois parcourus de veines de vie. Je détaille les petits mondes de mousse. Je m'étonne de certaines formes de vie. Comme ce champignon solitaire.  Je vais plus haut, je contemple mon monde escarpé et lointain depuis les balcons. Ses mystères probables. Tout est silencieux. Sauf les châtaignes qui tombent et font crépiter le sous-bois. Feu de l'automne. Plus haut des cris caractéristiques me parviennent. Toujours cette impression de les avoir d'abord entendus dans... [Lire la suite]
mardi 3 février 2015

A la page des faits d'hiver

  "L'hiver c'est fait pour résister" chantait le fils de Cabu. Certains méditent et s'identifient sans frein tandis que dans la VDAM les jours s'additionnent aux jours, parfaitement imperturbables et absolument pas concernés... Une permanence à laquelle on peut se confronter si l'on est amateur de vérités nues. Ou dans laquelle on peut simplement s'immerger, plein d'un vague espoir sans objet, comme dans un sommeil aux promesses fécondes. Ou ni l'un ni l'autre quand le manque de temps est une bonne excuse pour dissimuler une flemme... [Lire la suite]
mercredi 4 juin 2014

Bouquets de cerfs

Dans la Vallée des Auts' Mecs, il y a des petits mecs de pas même trois ans qui chuchotent instinctivement quand ils pénètrent dans la forêt et qui nomment les oiseaux par leurs noms.  Du moins il y en a un, ça fera un équilibre (ou plutôt un déséquilibre salutaire) plus tard avec les autres rejetons "carabinés" du village. Ce petit mec se forme au contact de ma "pédagogie par l'exemple". Cet automne il imitait le brame du cerf, ça nous faisait bien marrer. Il gueulait ce qui n'était pas encore des grossièretés reconnaissables... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 17:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 3 mars 2014

Une fermeture qui m'éclaire...

  Rimbaud nous le clame haut et fort depuis la tour de gloire de son adolescence victorieuse : "Elle est retrouvée! Quoi ? L'éternité" Je pense souvent à ce vers d'anthologie quand je contemple les paysages de la Vallée des Auts' Mecs. Pour l'aubépine ci-dessus, il s'agit probablement d'une banalité. Mais moi je n'ai pas ses racines...Dimanche, cependant, je l'ai réinterprété à ma sauce lors d'une belle randonnée matinale : "Elle est fermée ! Quoi ? La chasse."  En apparence, ça flirte un peu moins avec les contrées de... [Lire la suite]
Posté par Le Gui à 15:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 9 octobre 2013

« L'homme y passe à travers des forêts de symboles... »

 Charles Baudelaire n'a probablement jamais mis les pieds dans la Vallée des Auts' Mecs. Probablement qu'il y aurait senti ce « temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles » dont il parle dans « Correspondances ».  C'est ce qu'on appelle « la Nature », c'est à dire cette longue addition d'êtres vivants, de choses inertes en apparence comme les pierres et les montagnes, ou vivantes en apparence comme les eaux des ruisseaux, tout ça nuancé par les humeurs des... [Lire la suite]
dimanche 11 août 2013

Quand l'aube d'un geste tendre...

... prend mon menton d'enfant bougon dans la coupe de sa main et force doucement mon visage vers la clarté insondable de ses yeux purs, en moi la nuit se noie. Un nouveau jour commence dans la Vallée des Auts' Mecs. Et je me redresse, je détourne finalement les yeux d'un feu qui n'a pas survécu à la nuit,  je cherche le regard de l'aube pour y lire les promesses connues. Un nouveau jour commence en moi. Quand d'un geste tendre j'effleure enfin le flanc de l'aube fuyante, elle disparaît instantanément dans la forêt la plus... [Lire la suite]