Dans la Vallée des Auts' Mecs, il y a des petits mecs de pas même trois ans qui chuchotent instinctivement quand ils pénètrent dans la forêt et qui nomment les oiseaux par leurs noms.

a24

 Du moins il y en a un, ça fera un équilibre (ou plutôt un déséquilibre salutaire) plus tard avec les autres rejetons "carabinés" du village. Ce petit mec se forme au contact de ma "pédagogie par l'exemple". Cet automne il imitait le brame du cerf, ça nous faisait bien marrer. Il gueulait ce qui n'était pas encore des grossièretés reconnaissables aux régulateurs de la biodiversité. De bonnes âmes proches s'amusaient aussi à lui faire dire que papa était "un putain d'écolo"... En ce moment, il hurle chaque fois qu'une grive litorne qui a sa couvée dans le coin se pointe sur son poste d'affût au dessus du jardin : "Elle a attapé le guillon la guive papa !" L'autre jour, il a trouvé tout seul dans un pré un "bout" de cerf... Bref, un vaillant p'tit mec qui un jour vivra avec au fond de lui le souvenir d'une version encore différente de la VDAM.

Ma version à moi, en ce moment, je sais pas pourquoi, mais elle me saoûle.

Alors l'autre jour c'était bien car ma petite soeur était là et selon une formule consacrée dont elle connaît le sens caché, on est allé faire un "petit tour" ensemble. Elle ne s'est donc pas plainte. Nous avons commencé à traîner dans le prés voisins de la maison où elle a reconstitué la paire de bois d'un jeune cerf, une première pour moi qui, selon une règle mystérieuse ne cessant de se vérifier, ne possède que des exemplaires de bois gauches !

Puis, traversée de la hêtraie où l'on s'est fait toiser par quelques géants :

a25

Avant de remonter un raide, très raide, vallon où se trouvaient des mines d'argent à l'époque romaine. Pause à proximité d'un puits encore bien visible (mais pas sur la photo, j'ai oublié !) :

a10

 Les entomologistes reconnaîtront ici un...insecte (Oui, j'ai des lacunes, mais ce qui est réellement impardonnable, c'est la flemme de chercher à les combler) :

 a1

Par contre je peux affirmer que cette plante accrochée au rocher humide de l'entrée de la mine est une grassette commune. Elle a la particularité d'être insectivore. Elle capture ses proies grâce à ses feuilles gluantes que la profondeur de champ choisie ici ne vous permet pas d'admirer. (Décidément ce post est bien brouillon...)

a2

Etant arrivés là, cela aurait été bête de ne pas aller plus haut ! Ma petite soeur résignée n'a pas bronché et grand bien lui en a pris, car nous avons réalisé sur la lisière supérieure une jolie approche d'un jeune cerf en velours. ATTENTION : Toutes les images de ce cerf ont été prises par ma petite soeur à qui j'avais prêté mon 300 mm (quand même) et à qui je donnais en direct les réglages à effectuer (un vrai nazi). N'empêche qu'elle n'a pas tremblé la jeune ! Vous pouvez applaudir ses belles images ! Faudrait peut-être que je devienne guide, je serais en quelque sorte le premier mac de la VDAM et je me remplirais les poches en guidant mes richissimes clients vers ses plaisirs délicieux...

a3

a4

a5

Non, j'déconne...

Une fois atteinte la lisière supérieure, j'ai repris la main pour une réminiscence de mon rêve d'aubépine :

a11

Et puis, sous les averses, plusieurs cerfs en velours se sont laissés voir pour concrétiser notre belle après-midi d'immersion dans la nature sauvage :

a6

a7

a8

a9

Ils sont restés chez eux, nous sommes rentrés chez nous.